Identité numérique positive

Réputation : l’un des 11 mots-clefs du risque en 2015 pour les entreprises

Le journal Les Echos a récemment publié un article intéressant consacré aux 11 mots-clés du risque en 2015. C’est ainsi que des thèmes plus ou moins nouveaux pourraient représenter un risque élevé aux yeux de nombreux dirigeants d’entreprises.

Parmi les mots-clés importants, on trouve celui de corruption. En effet, ce fléau reste d’actualité en France et une étude menée par le cabinet AgileBuyer révèle qu’un directeur des achats sur quatre a déjà subi une tentative de corruption au cours de sa carrière, dont un tiers émanant de fournisseurs français.

Par ailleurs, d’après une autre enquête réalisée cette fois-ci par le cabinet Technologia, plus de 3 millions de personnes, soit 12,6 % des actifs, seraient en situation de risque de burn-out élevé, aujourd’hui en France. Outre le burn-out, d’autres mots-clés apparaissent comme un facteur-risque pour l’entreprise : Fraude, risque politique, interconnexion mais également réputation.

En effet, comme le rappelle la récente étude Deloitte, 87 % des dirigeants d’entreprises, dans le monde entier, considèrent la réputation comme « extrêmement important ».

Selon une étude du Forum économique mondial, plus d’un quart de la valeur d’une organisation dépendrait de sa réputation. Scandales liés à des pratiques sociales et environnementales peu vertueuses, à un manque d’intégrité et d’éthique (par exemple en cas de fraude ou de corruption), à des défaillances de sécurité (par exemple en cas de cyber-attaque)… Voilà autant de choses qui peuvent venir fragiliser la réputation d’une organisation.

« Même s’il reste difficilement évaluable, le risque de réputation est réel, et il est devenu bien plus prégnant avec l’essor des nouvelles technologies, par exemple des réseaux sociaux, où la parole de tous – y compris des détracteurs – est bien plus audible », constate Alain Gravier,  responsable Management Central des Risques à La Française des Jeux. Pour maîtriser son image aujourd’hui, il est donc essentiel de mettre en place des dispositifs capables de détecter des signaux afin de pouvoir réagir au plus vite et neutraliser la menace.

Plus d’infos : www.lesechos.fr/thema/0204132921437-burn-out-ebola-corruption-politique-les-10-mots-clefs-du-risque-en-2015-1090442.php