Comment les Français se situent-ils par rapport à l’esprit critique, c’est-à-dire la capacité à trier et qualifier l’information disponible, à élaborer leur propre jugement, à mettre en question leurs convictions et au bout du compte, à penser librement ? C’est la question à laquelle tente de répondre le premier Baromètre de l’esprit critique, lancé par Universcience en partenariat avec France Info et La Croix.

Une première enquête par panel a été réalisée par le cabinet Gece entre le 17 et le 28 février 2022 auprès de 3 218 Français selon la méthode des quotas (quotas portant le genre, l’âge, la catégorie socioprofessionnelle, le niveau de diplôme et la région des répondants) en les interrogeant sous trois prismes :

– leur rapport à la science, le raisonnement scientifique et les méthodes propres à la science étant consubstantiels de l’esprit critique ;
– leurs sources d’information, notamment sur les sujets scientifiques, pour comprendre comment ils construisent leur compréhension de l’actualité ;
– leur rapport au débat d’idées et à l’altérité dans le raisonnement.

Globalement, les éclairages de cette première enquête font apparaitre :

  • Un profil dit scientifique, plutôt masculin, jeune et diplômé
  • Une réelle appétence des Français à 89% pour les sciences, la culture scientifique partie intégrante de la culture générale
  • Avec des modalités d’information qui plébiscitent la télévision et internet pour les + de 50 ans, les plus jeunes privilégiant des réseaux, une primauté accordée à l’audiovisuel
  • Un retour en force de la légitimité et crédibilité des médecins, des scientifiques, des chercheurs et des journalistes scientifiques face à la pandémie
  • Un esprit critique développé pour une majorité de Français, ouvert à l’échange d’idées, au débat, à la contradiction, le souci d’avoir une multiplicité de sources d’informations chez les plus diplômés

Un intérêt marqué pour la science, mais avec des disparités socioéconomiques

Si seulement 22% des sondés citent “les sciences” parmi leurs centres d’intérêt principaux, et si leur souvenir scolaire en est contrasté (62% gardent un bon souvenir de leurs cours de Sciences et Vie de la Terre, 50% d’entre eux, des cours de maths, mais seulement 40% des cours de physique – chimie), l’étude montre le dynamisme de la culture scientifique dans notre pays : 81% des sondés regardent des documentaires scientifiques, 67% consultent des sites traitant de sujets scientifiques sur Internet et 64% des vidéos sur YouTube – primat, donc, de l’image.

Que pensent-ils de la science ?

Une très large majorité la voient comme permettant de développer des nouvelles technologies utiles à tous (88%), de mieux comprendre notre monde (87%), d’améliorer nos conditions de vie (85%).
En revanche, pour 53% d’entre eux, les théories scientifiques ne sont que des hypothèses parmi d’autres, et seuls 51% des sondés répondent positivement à la question de savoir si la science est la seule source d’information fiable sur le monde. Enfin, si 43% pensent que la communauté scientifique est indépendante pour valider ses découvertes, 40% pensent le contraire.

Comment les sondés suivent-ils l’actualité ?

Deux piliers se détachent, la télévision pour 68% d’entre eux (c’est même le premier moyen pour 29% des sondés), et Internet (hors réseaux sociaux : moteurs de recherche, sites médias) pour 73%. Viennent ensuite les proches (50%), la radio (46%), la presse papier et les réseaux sociaux (40%).
Pour l’information sur les sujets scientifiques, priorité est accordée aux médias traditionnels : les émissions à la télévision et à la radio (44%) et les journaux sur ces mêmes supports (43%) arrivent en tête, loin devant les sites internet scientifiques (27%) ou la presse spécialisée (25%).

Dans le contexte plus spécifique de la crise sanitaire, interrogés sur les émetteurs qui ont leur confiance, ce sont les médecins qui arrivent en tête, 51% des sondés faisant confiance à la majorité d’entre eux, mais 38% “seulement à certains”. Scientifiques et chercheurs sont suivis dans des proportions similaires (44% des sondés font confiance à la majorité d’entre eux, 40% à certains).

Plus d’infos : https://www.universcience.fr/fr/professionnels/presse-et-medias/barometre-de-lesprit-critique/

Photo : Universcience.fr

Fabrice Molinaro

Fabrice Molinaro est titulaire d’une licence en droit, d’une maîtrise d’histoire et d’une maîtrise de sciences politiques. Après un DESS en sciences de l’information-documentation, il s’oriente vers le monde de l’Internet.

Spécialités
E-réputation – Veille et recherche d’information sur Internet – Community management – Gestion de crise – Structuration de l’information et de la connaissance – Référencement – Création de e-content.