Comment exploiter au mieux les réseaux sociaux lorsqu’on est artisan ? Dans un article intitulé « Mon boucher est sur Facebook ma coiffeuse sur Instagram« , le journal La Nouvelle République donne ainsi la parole à Vincent Gaufreteau, un spécialiste du numérique qui conseille notamment les professionnels à la chambre de métiers des Deux-Sèvres.
Voici quelques extraits de cet entretien.
Quel intérêt pour un artisan d’être présent sur un réseau social ?
Pour les métiers d’art ou les productions spécifiques, cela permet de valoriser un savoir-faire. Pour un commerçant, de recréer son réseau local en se connectant avec les artisans du coin. Pour les entreprises de production industrielle, c’est l’opportunité de se faire connaître en tant qu’expert dans son domaine. Selon les secteurs, on ne s’appuiera pas sur les mêmes réseaux sociaux.
Comment choisir le réseau le plus pertinent ?
D’une manière générale, on écarte tous les réseaux sociaux de niche, non pas qu’ils soient mauvais, mais parce que les artisans ne peuvent pas se permettre d’investir du temps dans des outils qui auront peut-être disparu dans quelques mois. Autant sélectionner les réseaux qui ont pignon sur rue, dont certains sont bien identifiés : le généraliste Facebook, le très visuel Instagram, Youtube pour ceux qui ont un potentiel de vidéo, Twitter et LinkedIn pour le côté expert.
Si vous aviez trois conseils à donner ?
Se fixer des horaires pour ne pas se laisser déborder. Rester simple : sur les réseaux, il ne faut pas chercher à se donner un genre, mais au contraire rester soi-même. Enfin, ne pas se disperser : mieux vaut une présence de qualité sur un ou deux réseaux adaptés aux besoins de communication de son activité que sur cinq réseaux mal animés.
Pour consulter cet article : https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/mon-boucher-est-sur-facebook-ma-coiffeuse-sur-instagram