Les normes en matière de médiaplanning ont brusquement évolué sous l’impulsion du COVID-19. En raison de l’évolution des modes de vie, nombreux sont ceux qui passent désormais plus de temps chez eux et moins de temps à l’extérieur. Cela a donné lieu à des tendances surprenantes en matière de consommation média, les populations étant à la fois en quête d’informations, de divertissement et de distraction.

Ces évolutions ont fortement impacté les groupes médias et les annonceurs, notamment lorsqu’il s’agit de savoir où et combien investir en publicité. L’incertitude règne également quant à savoir si la montée en puissance des formats numériques est permanente ou si les difficultés rencontrées par les médias traditionnels ne sont que temporaires.

Lors d’un récent webinaire, YouGov a analysé la manière dont les agences, les marques et les groupes médias peuvent s’adapter à l’évolution du paysage médiatique. Au cours de cet événement, les experts se sont également intéressés aux tendances post-covid en matière de consommation média et d’investissement publicitaire.

L’augmentation du nombre de téléspectateurs

Les habitudes en matière de consommation TV ont considérablement évolué depuis le premier confinement et la mise en place des mesures de distanciation sociale en Europe. Les fournisseurs de contenus en streaming ont été les plus avantagés. En effet, on observe une augmentation de 8 points de taille d’audience d’une année sur l’autre en Grande-Bretagne.
Si la pandémie a certainement contribué à populariser la télévision à la demande cette année, la télévision en direct a également connu une augmentation du nombre d’heures d’écoute. Les émissions d’informations locales ont notamment joué un rôle primordial en relayant les informations liées à la pandémie.

Les changements en matière de publicité dus à la pandémie et à la chute des audiences hors domicile

La crise économique s’est répercutée sur les budgets publicitaires l’année dernière, provoquant une chute immédiate des dépenses publicitaires lorsque la pandémie a frappé le Royaume-Uni et l’Europe. Les confinements ont également engendré une baisse des investissements en publicité extérieure et dans les cinémas.

Plusieurs constats importants :

La progression du streaming en journée pendant la pandémie, correlée au développement du télétravail. Cela confirme le succès des contenus à la demande cette année et indique un autre changement dans la façon et le moment choisis pour regarder la télévision en streaming depuis chez soi.
L’accélération du commerce en ligne, les consommateurs évitant les boutiques et optant plutôt pour les achats sur internet. En conséquence, les dépenses publicitaires sur les plateformes e-commerce et sur les réseaux sociaux ont représenté un enjeu majeur pour les annonceurs qui disposaient d’un budget suffisant.

Enfin, construire une marque et adopter un ton approprié dans les publicités ont été des défis compliqués pendant cette période. Nos experts s’accordent à dire qu’il était risqué de rester silencieux, mais que pour rester pertinentes et à la hauteur de la situation, les entreprises ont eu intérêt à revoir leurs stratégies marketing et à tenir compte de l’évolution de leur cible en termes de consommation média.

Plus d’infos : https://fr.yougov.com/news/2021/04/01/levolution-du-paysage-mediatique-en-europe-en-2021/

Photo : Envato

Fabrice Molinaro

Fabrice Molinaro est titulaire d’une licence en droit, d’une maîtrise d’histoire et d’une maîtrise de sciences politiques. Après un DESS en sciences de l’information-documentation, il s’oriente vers le monde de l’Internet.

Spécialités
E-réputation – Veille et recherche d’information sur Internet – Community management – Gestion de crise – Structuration de l’information et de la connaissance – Référencement – Création de e-content.