Les “fact-checkers” du monde entier n’ont pas chômé ces derniers mois, avec plus de 50 000 faits vérifiés sur la recherche Google au cours des 12 derniers mois.

Leurs vérifications ont fait l’objet d’environ 2,4 milliards d’impressions rien que dans le moteur de recherche Google à lui seul pendant cette période.

Toutefois, les professionnels ne sont pas les seuls à avoir recours au fact-checking. Chaque jour, les internautes cherchent des preuves visant à confirmer ou réfuter des informations pour lesquelles ils ont des doutes. Au cours des 12 derniers mois, les recherches sur Google de type “est-il vrai que…” ont dépassé la fameuse question “comment faire du pain” et ce n’est pas rien étant donné l’explosion de cette recherche constatée l’année dernière.

Google liste cinq astuces qui peuvent déjà permettre de repérer plus facilement les fausses informations en ligne :

1 – Se renseigner sur la source
2- Vérifier si une image est utilisée dans le bon contexte
3- Rechercher des références dans les médias
4- Faire confiance aux fact-checkers
5- Utiliser Google Earth ou Street View pour vérifier un emplacement

Sur ce dernier point, Google rappelle que lorsqu’un événement se produit dans un autre pays, il est d’autant plus facile de se laisser berner ou d’avoir des doutes le concernant. Si un article que l’on consulté comporte des photos de l’événement auquel on s’intéresse, ou toute forme de description visuelle, il est alors conseillé de faire une recherche sur cet endroit sur Google Earth ou dans Street View sur Google Maps. L’utilisateur peut ainsi explorer les environs et repérer si ce que l’on voit correspond bien à la version de l’histoire.

Pour obtenir plus d’astuces et de bonnes pratiques, Google conseille de consulter les ressources mises à disposition par le réseau International Fact-Checking Network sur factcheckingday.com.

Plus d’infos : https://france.googleblog.com/2021/03/fact-check-tips.html

Photo : Wikipédia

Fabrice Molinaro

Fabrice Molinaro est titulaire d’une licence en droit, d’une maîtrise d’histoire et d’une maîtrise de sciences politiques. Après un DESS en sciences de l’information-documentation, il s’oriente vers le monde de l’Internet.

Spécialités
E-réputation – Veille et recherche d’information sur Internet – Community management – Gestion de crise – Structuration de l’information et de la connaissance – Référencement – Création de e-content.