C’est avec 2 jours d’avance sur la date anniversaire de l’entrée en application du RGPD le 25 mai 2018 que la Cnil a publié – le 23 mai dernier – un point d’étape intitulé « 1 an de RGPD : une prise de conscience inédite« .
Selon la Commission, cette entrée en application « a créé une dynamique remarquable pour les particuliers et les professionnels« .

Un afflux des plaintes à la Cnil

La Cnil a ainsi « reçu un nombre record de plaintes » sur lequel elle donne des détails. Elle précise également qu’elle développe de nouveaux outils de conformité, conformément aux missions renforcées qui lui sont dévolues aux termes du RGPD.

Nous avons souligné de notre côté depuis plus d’un an cette « dynamique remarquable » perceptible dès l’approche du 25 mai 2018. Une des causes de cet engouement est la pleine responsabilité des dirigeants d’entreprises pleinement désignés par le RGPD comme les « responsables des traitements de données à caractère personnel », avec toutes les sanctions que cela suppose, à commencer par les fameux 20 millions d’euros d’ « amende administrative » ou 4% du chiffre d’affaires mondial de l’entreprise, aux termes de l’article 83 du Règlement.

Une prise de conscience d’envergure

Le facteur complémentaire de succès du RGPD a été sa forte médiatisation. C’est la raison pour laquellle, toujours selon la Cnil, « 70 % des Français se disent aujourd’hui plus sensibles aux problématiques de protection des données« .

Quant au site de la Cnil, il a connu un succès record avec 8,1 millions de visites en un an.

L’achèvement du dispositif légal est encore loin d’être accompli et la Cnil regarde l’année 2019 comme une étape essentielle dans ce processus.

Plus d’infos : https://www.cnil.fr/fr/1-de-rgpd-une-prise-de-conscience-inedite

Photo : Envato